ARBITRAGE INTERNATIONAL: COUPE D'EUROPE A COIMBRA, PORTUGAL.

Outch..... Une éternité que mon site est en friche et en souffrance.

Alors petit flash back sur la fin mai où je suis ressortie pour arbitrer à l'international, la fédération m'ayant sélectionée.

Mon grand retour officiel suite à mon arrêt pour grossesse. Bien que je ne me sois pas arrêtée d'arbitrer au niveau national, l'international c'est toujours un peu différent.

Bref, me voilà donc partie pour le Portugal. J'avais déjà été à Lisbone par le passé pour coacher, mais Coimbra, connaissais pas. Toujours un plaisir donc pour moi de découvrir de nouveaux horizons. Et en plus il fait beau au départ de Lyon et à l'arrivée aussi.

Portugal 2

1h de bus encore et nous voilà arrivées, ma collègue Mélanie et moi à l'hôtel D. Luis, où sont logés tous les arbitres ainsi qu'une grosse partie des combattants.

Hotel front

Nous prenons possession de nos chambres, spacieuses. La déco est à raffraichir, mais je m'en fiche, j'ai un lit king size pour moi toute seule! Youpiiiiii, je vais pouvoir faire l'étoile de mer!

Best western hotel d

La salle de bain a quant à elle été refaite à neuf. Vous allez me dire qu'on s'en tape, mais non. C'est important un minimum de confort quand on est loin de chez soi et qu'on doit être dans de bonnes conditions psychologiques et en forme pour arbiter de gros évènements.

Hotel d luis

 Finie l'installation et petite sieste réparatrice faite, Mélanie et moi décidons d'aller faire un tour en ville afin de visiter un peu, d'autant que ce n'est pas loin de l'hôtel. C'était sans compter sur le temps qui se dégrada très rapidement...

20160527 153206

Bon eh bien ce sera restauration rapide au bar de l'hôtel en compagnie de quelques collègues arbitres, puis récupération des accréditations sans lesquelles nous ne pouvons pas faire grand chose.

13263919 1004142469654357 4735287812230230650 n

Puis c'est l'heure du briefing, en tenue correcte exigée, où coachs et arbitres écoutent sagement les consignes des grands chefs et où on assiste au tirage au sort des tableaux pour la compétition. Petit couac de début pour nous les arbitres, ma collègue et moi avons été mises toutes les deux sur le même tapis... Donc répartition par tapis à refaire. D'autant qu'il y a énormément d'arbitres Portuguais...

Le samedi matin, découverte d'une belle salle dans le centre de Coimbra où les averses succèdent au soleil et inversement. Alors autant pendant la compet on est plutôt content qu'il ne fasse pas trop chaud, autant pour l'après compet, on préfère le beau temps.

13268478 1004723919596212 1717646389324060554 o

Je suis sur le tapis n°1, celui de gauche sur la photo pour tout le week-end. Nous sommes 6 arbitres, dont Raoul Camacho, arbitre mondial espagnol et fort sympathique dont j'avais fais la connaissance la veille. Les 4 autres sont tous Portuguais, dont 3 nationaux.

Première journée ok. Rien à signaler de particulier. Mélanie et moi sommes sur le bloc final.

13268380 1004775146257756 6510439355744306732 o13305081 1004775152924422 3744467629837734333 o

Le soir impossible encore de sortir visiter la ville, le temps ne le permettant toujours pas. Arghhhhh. C'est bien la peine de venir au Portugal pour se prendre de la flotte!

Tant pis une bonne nuit de sommeil fera l'affaire.

Le dimanche matin, petite photo souvenir de Régina, l'arbitre Suisse, Mélanie et moi, façon trois drôles de Dames. Un peu de détente avant la bagarre.

13266031 10154242006388910 1874344242124121987 n

La journée débute difficilement, car sur mon tapis, nous avons les - 73 kg et il y a tellement de combattants Portuguais que Raoul et moi sommes obligés de ne  tourner pendant 2h que tous les deux au centre. Les arbitres Portuguais restant en juges. Pas facile, d'autant que sur un combat, j'ai fais LA boulette de la matinée. Gros impact sur le dos du combattant bleu qui se prend un ko uchi gari d'anthologie. Le combattant blanc ayant par ailleurs déjà un waza ari, j'annonce ippon. Et là, le drame. Mes deux juges, des nationaux d'un autre âge pas vraiment au niveau annulent mon ippon pour mettre waza ari. Ce qui pour les connaisseurs revenait au même, puisque la victoire allait au blanc quoi qu'il en soit. J'enrage, je bouillonne, d'autant que ce n'est pas la 1ère fois qu'il y a des bricoles de ce type. J'annule donc le ippon, j'annonce waza ari et là, dans l'enervement, au lieu de mettre fin au combat comme prévu, je réannonce hajimé! Les combattants et les coachs ne comprenant pas ce qu'il se passait pour le coup. Bref... J'en aurai pleuré tellement j'avais les boules après les deux papys. Le collègue espagnol qui assisait à la scène me dit lui aussi que nous ne sommes pas aidés et qu'il n'est pas à l'aise non plus. Après ce malheureux épisode, il a bien fallu se remobiliser et fort heureusement, ça on sait faire. Il n'empêche que la boulette, elle, a bien été notée par nos gentils evaluateurs. Le reste de la journée se passa mieux toutefois.

Je suis malgré tout sélectionnée pour le bloc final, comme la veille.

La compet se termine avec la traditionelle photo de groupe.

13320735 1005555796179691 8448972177337883113 o 1

Ma collègue Régina est elle aussi très en colère, car pour elle aussi les arbitres Portuguais nationaux de son tapis n'ont pas été tops. Résultat des courses, on se prend toutes les deux la sale note de 5.5. De mon coté, tout le monde me dit que comme la commission ne m'a pas vue depuis 1 an 3/4, ma note était déjà jouée d'avance. Si c'est le cas, c'est triste... Je veux bien être pénalisée pour les erreurs que je fais, mais pas accepter qu'on me colle la plus mauvaise note simplement parceque je reviens d'une longue période sans que la commission européenne ne m'ait vue.

Alors pour noyer notre déception, nous partons faire du shopping au centre commercial du coin. Nous revenons à l'hôtel les bras chargés de sacs (un jean, pour moi). Et on reprend une petite photo à la façon de celle du matin... On se cosole comme on peut.

13319819 10154244542458910 8050496911950098780 n

Le dimanche soir nous nous retrouvons en petit comité (une dizaine), les évaluateurs, les heads chiefs de la compet et quelques arbitres internationaux pour aller manger au restaurant. Et quel restaurant! Un délice! Je me retrouve à faire un tête à tête avec Mr Ozkan, l'évaluateur turc et à ma droite face à moi, l'évaluateur Slovène, Marian Hefka. L'occasion de discuter de plein de choses. Mr Hefka me fait remarquer qu'ils ne m'ont pas vue depuis un certain temps et je leur explique pourquoi.  Ca ne changera rien à ma note mais au moins ils sauront.

Nous repartons de Coimbra avec un reveil à 3h du matin et c'est le retour au bercail, avec la multitude de transports qui vont avec. Ca c'est le coté beaucoup moins cool du voyage...

Allez, suite au prochain épisode, en juillet 2016 où je suis partie en Allemagne, à Berlin, pour une nouvelle sélection. J'espère pouvoir trouver le temps de vous raconter tout ça avant les 6 prochains mois.

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site